Comment rayonner de joie?

Les trois forces de l’alimentation reposent sur la vitalité, la subtilité et le discernement

Des remèdes naturels simples faciles à réaliser.

L’élimination des toxines qui repose essentiellement sur la diète végétalienne, les exercices physiques, les bains, les massages et l’utilisation des ventouses.

Un équilibre de vie au quotidien c’est avoir une bonne hygiène corporelle, s’oxygéner, respirer, avoir un rythme de vie quotidien régulier, un bon sommeil, l’éveil et le respect des cinq sens.

La pratique des vertus

Equilibre et santé

L’unité « âme corps esprit »

La thérapie d’Hildegarde de Bingen est une thérapie holistique qui englobe l’homme dans toutes ses dimensions : son âme, son corps et son esprit. Ces trois dimensions sont indissociables les unes, des autres.

« Quand l’âme et le corps fonctionnent en parfaite harmonie, ils reçoivent la récompense suprême de la santé et de la joie ». Sainte Hildegarde de Bingen

Hildegarde de Bingen nous invite, avec juste mesure, à puiser dans la nature les forces curatives dont notre corps a besoin pour être en bonne santé ou pour la retrouver, en privilégiant certains aliments.

Chacun de nous peut préserver ou retrouver la santé en privilégiant une alimentation orientée vers une consommation quotidienne d’épeautre, de fruits et de légumes.

La cuisine d’Hildegarde c’est la sagesse de la simplicité! Nous savons aujourd’hui que nous pouvons guérir ou améliorer 80 % des maladies rien qu’en changeant nos habitudes alimentaires.

Vie d’Hildegarde de Bingen

1098 – 1179

Hildegarde de Bingen nait en Rhénanie palatine à Bermersheim  en 1098. Elle est la 10° enfant, son rang de naissance la destine à la vie religieuse.

A l’âge de 8 ans, elle entre au monastère double du Dissibodenberg tenu par l’abbé Cunod. L’abbesse Yutta Von Sponheim prend Sainte Hildegarde sous son aile. Hildegarde est de santé fragile et elle est gratifiée de visions dès son plus jeune âge (3 ans).

En 1112, à  l’âge de 14 ans elle prononce ses vœux. En 1136, à l’âge de 38 ans, à la mort de Yutta, elle élue abbesse. Elle continue de recevoir de nombreuses visions mais refuse de les révéler craignant que celles-ci ne proviennent pas de Dieu. Sa santé demeure fragile.

Entre 1141 – 1151 : Sainte Hildegarde dicte au moine Volmar son 1er ouvrage de théologie : le Scivias « sache les voies ou livre des visions ». Les visions sont rapidement reconnues par l’Eglise. Elle devient une conseillère spirituelle très prisée et les visiteurs affluent de toute l’Europe.

Sainte Hildegarde entretient une abondante correspondance avec les grands personnages de son temps, c’est une femme engagée politiquement. Sainte Hildegarde  conseille les papes, les évêques, les abbés, les contes…

Entre 1151-1158, Sainte Hildegarde va rédiger deux nouveaux ouvrages sur les arts de la guérison.

Physica « Le livre des subtilités des créature divines ». C’est un recueil de pharmacopée décrivant les minéraux, végétaux, animaux, leur compatibilité avec la nature humaine.

Causae et curae qui est un livre de thérapie par l’alimentation.

Entre 1158-1163, Sainte Hildegarde rédige le livre des mérites de la vie qui zoom sur l’âme, sa santé et ses pathologies.

En 1165, Sainte Hildegarde crée un second couvent à Eibingen, de l’autre côté du Rhin.

Entre 1160-1170, parallèlement à la rédaction de ses ouvrages Sainte Hildegarde entreprend quatre voyages missionnaires.

Entre1163-1174, Sainte Hildegarde rédige le livre des œuvres divines

Mais Hildegarde c’est aussi une musicienne (elle a composé 77 chants liturgiques, 1 opéra), une linguiste, une guérisseuse et une hagiographe.

Le 17 septembre 1179, Sainte Hildegarde meurt à l’âge de 81 ans.

Le 10 mai 2012, le Pape Benoit XVI étend le culte d’Hildegarde à l’église universelle

Le 07 octobre 2012, le Pape Benoit XVI en fait le 4° docteur de l’église.

Comment conserver sa vitalité en hiver ?

Oxygénez vous !

Pensez à vous oxygéner au moins 30 minutes par jour en extérieur, idéalement au contact de la nature (forêt, parc ou bord de la mer). Ces promenades sont propices à la pratique des respirations abdominales profondes. Par ailleurs, ouvrez les fenêtres quelques minutes 1 à 2 fois par jour pour renouveler l’air.

Exposez vous à la lumière du jour !

La durée d’ensoleillement d’une journée en hiver est limitée. Ce manque de luminosité peut faire baisser le moral. Pensez aussi à la vitamine D que nous synthétisons grâce aux UV. Une supplémentation en hiver est souvent nécessaire à raison de 1000 à 2000 UI/jour. Il est possible de demander un dosage pour rechercher une carence en cas de fatigue prolongée (demandez conseil à un professionnel de santé).

Bougez !

Le sport est un véritable booster qui stimule la production d’endorphine, l’hormone du bien-être. L’activité physique régulière 1 à 2 fois par semaine est importante. Il est essentiel de la pratiquer avec plaisir pour la maintenir dans la durée et en ressentir les effets positifs. Optez pour des activités sportives qui vous correspondent : yoga, Pilate, renfoncement musculaire, jogging ou marche rapide, vélo…

Prenez un petit déjeuner protéiné !

Privilégiez un repas riche en protéines et en graisses. Le corps produit les enzymes nécessaires à la digestion de ces macronutriments (protéase, lipase) en quantité suffisante. De plus, pour fabriquer certains neurotransmetteurs comme la dopamine, l’organisme a besoin de protéines.

Exemple de petit déjeuner : pain de grand épeautre non hybridé + beurre cru ou fromage de brebis ou purée d’amandes + avocat + 1 œuf + une tisane ou du café d’épeautre.

Pensez aux épices dans l’alimentation !

Hildegarde de Bingen vantait au Moyen-âge les mérites de certaines épices pour nous accompagner dans notre quotidien. Certaines d’entre elles procurent un sentiment de joie et notamment la cannelle, le clou de girofle, la noix de muscade (attention ou surdosage). Vous retrouvez ce trio d’épices dans les célèbres : « biscuits de la joie ».